Bonjour, c’est à nouveau Ismaël 🙂

J’avais déjà fait deux paroles de minot le 1er juillet et le 23 décembre 2019, ça fait longtemps. Aujourd’hui, j’ai 17 ans et demi, tout va bien pour moi, j’ai un foyer et j’ai l’école. Ça va faire plus de deux ans que je suis à Marseille. Moi, j’aime bien vous faire partager de la musique guinéenne, car c’est mon pays. Je vous avais fait écouter avant Ibro Diabaté et Instinct Killer. Aujourd’hui, je voudrais vous faire partager une chanson d’un autre artiste guinéen, c’est Takana Zion. C’est un reggaeman guinéen et ça fait 10 ans qu’il fait des chansons et aujourd’hui il fait des featuring avec de nouveaux artistes guinéens comme Fish Killa ou Sinclair. Je voudrais vous partager cette nouvelle chanson avec Hit Man qui est sorti en janvier 2021. Dans celle-ci ils disent qu’il y’a trop de gens qui font n’importe quoi sans penser à Dieu et que eux ils pensent souvent à Dieu pour savoir si ce qu’ils font est bien ou pas bien. Mais dans la chanson, ils parlent de beaucoup d’autres choses. Comme du fait que beaucoup de gens disent qu’ils ne croient pas en Dieu car Takana c’est un rastaman et qu’ils font de la musique. Du coup, il dit que chacun sait comment il est avec Dieu et qu’on a pas à juger les autres, de comment chacun croit, et qu’au sujet de Dieu il n’y a pas à faire de pagaille. Ils parlent d’autres choses comme des problèmes politiques avec les ministres en Guinée. Ils parlent aussi du 3ème mandat du président parce que Takana Zion ne voulait pas que le président Alpha Condé change la constitution pour rester encore président. Merci à vous tous. ✌️ Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Bonjour, moi c’est Adamo, je viens de la Côte d’Ivoire, j’ai 15 ans. 🙂

Je viens d’arriver à Marseille depuis 3 semaines. Moi, j’ai été abandonné, je n’ai pas connu ni mon père, ni ma mère. C’est ma grand-mère qui m’a élevé. Du coup après elle m’a expliqué, parce que moi je l’appelais maman, que elle c’était ma grand-mère et que c’était elle qui avait mis ma maman au monde. Elle m’a expliqué qu’après mon accouchement, ma mère est décédée une semaine après. Après ça mon père est décédé. J’ai été abandonné par la famille de mon papa, car mes parents n’étaient pas mariés et que c’est le réglement musulman qu’ils ne pouvaient pas être mes tuteurs. C’est pour cela que ma grand-mère m’a élevé. Un jour, un monsieur qui habitait dans la même cour avec ma grand-mère et avec moi m’a parlé et m’a proposé de partir en voyage avec lui. Il m’a dit que là où il va m’envoyer je pourrai aller à l’école, faire une vie meilleure. C’est comme ça qu’on est arrivé en Libye. On était dans une maison et les arabes sont venus le prendre lui, car c’était le plus âgé. Je ne sais pas où il est parti jusqu’à aujourd’hui je n’ai plus de ses nouvelles. Après je suis resté chez un arabe pour qui je travaillais, je partais couper les herbes pour nourrir les moutons. Ça a duré au moins six mois comme ça. Un jour, il m’a mis dans le coffre de la voiture en me disant qu’il allait m’envoyer dans un coin où la vie est meilleure. Il m’a déposé à côté de la plage. Quand j’ai vu ça, j’ai eu peur. Il m’a dit que si je me retournais, ils allaient me tuer et que si je ne prenais pas la mer, j’allais mourir. Car là bas c’est leur territoire et si je devais mourir c’est dans la mer pas sur leur territoire. Au bout d’une ou deux semaines, on a pris le petit bateau en plastique. Peut-être qu’il y en avait qui savaient nager mais moi j’ai jamais appris. Les gens qui étaient sur les côtés du bateau, il y en a qui sont tombés. Six ou sept comme ça, qui avaient le vertige et qui sont restés dans l’eau. Après on a été secouru par un gros bateau qui nous a ramené en Italie à Sicilia. Après il y avait les journalistes qui nous posaient des questions, après on nous a mis dans un car pour aller à l’hôpital faire les examens. Mais en Italie c’est compliqué de comprendre la langue. Moi en Côte d’Ivoire, même si ma grand-mère n’avait pas eu les moyens pour nous mettre à l’école, j’ai appris le français parce que c’est la langue populaire. C’est comme ça que j’ai rencontré une dame avec son enfant à Sicilia qui parlait français et qui m’a dit de faire le chemin avec elle pour aller en France. Donc du coup quand on est arrivé, il y’a eu un contrôle à Marseille et je n’avais pas le ticket du train, ni les papiers. C’est comme ça que je suis arrivé à Marseille et que je suis chez un hébergeant bénévole. Je me suis inscrit à l’ADDAP pour être reconnu mineur. Ils m’ont demandé mon nom, mon prénom et m’ont dit de passer là-bas le lundi, le mercredi, le vendredi de 9h à 12h et qu’ils allaient me chercher un hôtel. Ils m’ont dit que j’allais attendre maximum deux mois et que j’allais devoir me débrouiller pour trouver un endroit où dormir. Ils m’ont dit aussi d’aller à la police le soir pour demander un endroit pour dormir. C’est comme ça que j’ai trouvé les bénévoles qui m’ont hébergé depuis. Voilà, c’est mon histoire. Ce que j’ai vécu, c’est pas facile, mais depuis que j’ai rencontré des bénévoles je me sens un peu mieux, je suis à l’aise. Je me dis qu’il y a des gens pour m’aider, me donner à manger. Pour finir, je voudrais vous partager cette de Alpha Blondy “Jerusalem”. Il parle de l’Afrique où il y a beaucoup de problèmes dans les familles. Il chante pour tous les gens qui ont pitié des orphelins, car lui aussi son histoire c’était pas facile quand il était enfant. Même s’ il n’a pas subi les mêmes choses que moi, j’aime beaucoup écouter cette chanson. Et je me dis que si lui a réussi, moi aussi pourquoi pas un jour. ✌️ Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Hello my name is LL, je viens du Ghana et j’ai 16 ans et demi. 🙂

Je suis arrivé depuis un mois à Marseille. C’est une très belle ville, très agréable. Ici les gens apprécient les personnes noires. En Italie, c’est différent, les gens sont racistes. Quand je m’asseyais dans un bus, les gens ne voulaient pas s’asseoir à côté de moi ou que je m’assois à côté d’eux. Quand je posais des questions aux gens dans la rue, personne ne me répondait en Italie. La vie dans une ville du Ghana et la vie à Marseille est très, très, différente. Ici, il y’a la lumière dans toutes les rues la nuit. Quand j’étais un enfant, j’ai vu beaucoup de sans abris dans ma ville au Ghana, beaucoup de crimes aussi et de gens qui se tuent entre eux. Il n’y a rien de similaire entre une ville du Ghana et la ville de Marseille. Entre la vie en Afrique et la vie en Europe, tout est différent. Pour finir, je voudrais vous partager cette vidéo du chanteur ghanéen Shatta Wale, c’est du reggae dance hall. Dans cette chanson “my level”, il explique qu’il veut devenir riche pour acheter une voiture à sa maman. ✌️ Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Bonjour je m’appelle Omar, j’ai 16 ans et 6 mois et je viens de Guinée Conakry 🙂

Bonjour je m’appelle Omar, j’ai 16 ans et 6 mois et je viens de Guinée Conakry. Moi, j’aimerai vous dire que c’est pas facile la migration. J’ai trop souffert pour venir ici jusqu’en France. Moi, je souhaite en parler parce que c’est pas du tout bon. Moi, j’ai failli mourir dans un naufrage en Tunisie mais c’est Dieu qui m’a sauvé la vie. A vrai dire, j’ai essayé plus de huit fois la traversée. J’étais avec un grand frère qui m’a financé. Plusieurs fois la police nous a arrêtés, plusieurs fois on a pris la mer et on s’est retourné à cause des vagues. On est resté plusieurs semaines au bord de l’eau. Une fois, on a eu un naufrage et on a été sauvé. Plusieurs fois, je disais à mon grand-frère que je voulais retourner en Guinée, je pleurais mais lui voulait continuer et me mettait sur le bateau. J’ai fais une année comme ça, on était dans une petite cabane, on mangeait des gâteaux, on avait soif. J’ai vu plusieurs de mes amis qui se sont noyés. Arrivés en Italie, ce n’était pas facile parce qu’il y’avait le corona. On restait dans la maison plusieurs mois, on nous testait chaque semaine. On ne pouvait pas sortir. Ici en France, je suis tout seul, c’est une vie de solitude et jamais je ne voulais vivre de telles choses comme ça pour venir ici. En Tunisie, j’ai vu des femmes enceintes qui souffraient. D’autres qui se livraient au mal, c’est à dire à la prostitution. Sur le bateau, j’étais trop troublé, je pleurais, jamais je n’avais traversé même un fleuve avant. Et avant d’arriver à Marseille, je dormais dehors, seul, avec la fraîcheur. Le désert aussi, c’est pas facile. J’ai vu trop de danger, ça rend mélancolique et c’est pas facile d’en parler. Jamais dans ma vie, je conseillerai à un ami de venir, j’ai trop connu la souffrance. Ici en Europe, je ne me sens pas la bienvenue. La police me demande où je vais, je marche dans la rue sans savoir où aller et c’est vraiment compliqué de ne pas se sentir bienvenue, ni à l’aise. Pour finir, je voudrais vous partager cette vidéo des migrants qui partent en Tunisie sur des petits bateaux, pour vous montrer, car moi aussi j’ai pris la mer sur un bateau comme ça. ✌️Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Bonjour, je m’appelle Gervinho, j’ai 16 ans et je viens de Côte d’Ivoire 🙂

Je suis arrivé à Marseille depuis un mois. Avant je suis resté un mois et demi en Italie, là-bas j’étais reconnu mineur mais on ne s’occupait pas trop de moi. J’étais dans une petite ville à côté de Napoli. On ne mangeait pas bien, toujours des spaghettis. On n’avait pas d’habits et on n’allait pas à l’école. Au pays, je n’ai fait que l’école coranique, mais j’ai appris un peu le français. Depuis que je suis à Marseille, c’est un peu bien car on n’a pas encore trouvé le chemin pour aller à l’hôtel. On m’a dit qu’il fallait attendre deux mois et je ne fais pas grand chose, à part le lundi après-midi où je vais à l’école. Ici les gens sont biens car ils nous trouvent un endroit pour dormir, mais fatigant de changer d’endroits souvent. Moi, je voudrais vous partager la vidéo des trois buts de Mbappé contre Barcelone cette semaine. Mbappé, c’est un grand joueur. Il joue bien et j’aime beaucoup sa manière de jouer. Moi aussi, j’aime beaucoup le foot. Au pays, j’y ai joué longtemps et j’aimerai bien jouer ici aussi à Marseille. ✌️ Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Bonjour je m’appelle Achille Junior, j’ai 17 ans et je viens du Cameroun. 🙂

Je suis de passage à Marseille pour un séjour de 3 jours mais sinon je suis dans un foyer de bénévoles dans un autre département du nord de la France et je suis scolarisé dans une classe de préapprentissage. Moi, je voudrais vous parler de la vie en France. Pour moi c’est plus compliqué qu’au Cameroun car ici je suis tout seul. Au Cameroun, j’avais mes parents et ils faisaient tout pour moi, cela avant que je ne sois obligé de quitter le pays car ce n’était pas ma volonté de venir. Ici les bénévoles m’aident à leur niveau, mais ce n’est pas suffisant. Par exemple, il y’a des semaines où je ne mange qu’un repas par jour qui est celui de la cantine. J’espère que je continuerai à avoir le courage pour aller à l’école et être régularisé un jour comme toutes les personnes qui vivent en France. Pour finir, je voudrais vous partager cette chanson camerounaise que j’aime bien. C’est l’histoire de quelqu’un qui est parti gagner de l’argent en Europe et qui a envoyé l’argent à la famille. Mais en fait c’est son frère qui a utilisé l’argent pour avoir la belle vie et qui a juste changé deux tôles sur le toit de la maison de la famille. La chanteuse explique qu’il faut vivre sa vie et pas toujours se sacrifier pour la famille, il faut aussi prendre soin de nous.

✌️ Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Bonjour, je m’appelle Zié. J’ai 16 ans, je suis ivoirien et je suis arrivé à Marseille depuis presque un mois. 🙂

Je trouve que Marseille c’est bien, que l’association qui m’a accueilli pour me faire dormir chez les gens c’est bien. Les gens qui m’ont hébergé, ils sont bien, ils prennent soin de moi. Je dis merci à tous ceux qui travaillent pour la France et pour ce qu’ils font pour nous. Ils nous accompagnent, ils nous apprennent à lire, à faire de telle sorte que l’on puisse s’intégrer dans la société. Tout ce que je peux dire c’est merci, je ne sais pas quoi dire de plus. Que Dieu les garde, que Dieu les protège, que Dieu leur donne la force de faire encore plus pour nous qui venons d’arriver en France. Pour finir, je voudrais vous montrer cette vidéo de mon joueur préféré, qui est Didier Drogba. Il est ivoirien, comme moi et il a joué à Marseille où je suis aujourd’hui. Pour moi c’est des mots forts, ça me donne la chair de poule de dire ça.

✌️Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Bonjour, je m’appelle Mustapha, j’ai 16 ans et demi et je viens de Guinée Conakry 😃

Depuis un mois, je suis arrivé à Marseille et j’aimerai aller à l’école parce que je ne sais pas lire. J’aimerai dire à tout le monde que la route que j’ai prise par la Libye, c’est très dangereux. Le désert, la Libye et surtout la traversée sur l’eau. On est resté deux jours sur le bateau, on était trop nombreux. Les gens vomissaient et tout le monde avait très peur. Nous, notre bateau est arrivé jusqu’à Lampedusa, on est rentré au port. On nous a fait quitter notre petit bateau, le zodiac, et on nous a fait descendre à terre et puis on nous a fait rentrer dans un grand bateau. On a fait là-bas dix jours de plus à cause du confinement. Ici à Marseille, il y’en a parmi nous qui suivent la délinquance et c’est pas bon. Moi, je pense que ce qui est important c’est qu’on réalise nos rêves qui est d’attendre pour aller à l’école et pour avoir un bon métier. Pour finir, je voudrais vous partager cette chanson de Tiken Jah Fakoly, elle me plait beaucoup et aussi car il chante pour sa maman.

✌️Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️

Trajet de Minot ✍️ : Bonjour, je m’appelle Nohan, j’ai 16 ans et je suis ivoirien.

J’ai quitté mon pays car j’ai été abandonné par les parents de mon père parce qu’ils ont dit que je n’étais pas né pendant le mariage. Ma mère m’a donné à son papa mais il n’aimait pas ma mère et il était aussi contre moi. Un jour il m’a dit de quitter la maison sinon je serais responsable de tous les malheurs qui pourraient m’arriver. J’ai parlé avec sa femme, ma grand-mère et je lui ai demandé si elle pouvait parler avec son mari. Elle a tout essayé mais m’a dit qu’il fallait que je parte sinon il allait me faire du mal. Donc je suis parti de la maison, je n’avais pas le choix. Je ne savais pas où était ma maman alors je suis resté longtemps dans la rue. On m’a dit que ma maman était très malade, qu’elle était allée se faire soigner dans un village. Quand j’ai quitté la maison, je ne savais pas où elle était. Je demandais de la nourriture et de l’argent dans la rue pour ne pas mourir de faim, je dormais dehors. J’ai eu beaucoup de problèmes dehors. Il y a des gens qui venaient m’agresser, je me suis fait tabasser, et j’ai eu deux accidents. La première fois c’était un taxi, la deuxième fois c’était une moto. C’était très grave, j’ai perdu des dents, mon pied a été cassé. La personne qui m’a cogné ne s’est pas arrêtée, elle a continué son chemin. J’ai eu une vie très difficile. Je suis resté à la gare de KS (société de bus). Un jour, un monsieur est venu me voir là-bas, il m’a dit “mon petit, on m’a dit que tu as été chassé de la maison”, j’ai dit “oui mais comment tu le sais ?”, il m’a répondu qu’il était le petit frère de ma mère. Moi je ne l’ai pas cru, comment il pouvait connaître ma mère ? Du coup il m’a montré une photo de ma mère et là j’ai pris conscience que c’était vrai. Il a dit qu’il allait venir me voir plus tard. Il m’a donné un peu d’argent et je me suis payé de la nourriture avec. Deux jours après, il est revenu me voir et m’a dit qu’il allait m’envoyer dans un pays pour que ma vie soit bien. Je lui ai dit “moi je ne connais personne là-bas, est-ce que tu vas venir avec moi ?”. Il a dit qu’il pouvait m’accompagner. S’il n’avait pas dit ça, je ne serais pas parti. Nous sommes partis à Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire, puis on est allé au Mali. Après on est allé en Algérie (je ne connaissais pas ce pays). Il m’a dit qu’il avait quelque chose à faire en Algérie, qu’il avait un ami dans un pays à côté de l’Algérie. Il m’a dit que son ami allait venir me chercher et qu’il nous rejoindrait là-bas. Je suis parti avec son ami, le voyage a été long alors que je pensais que c’était pas loin. On est arrivé en Libye, le pays qui n’était pas loin dont il parlait (c’est en arrivant là-bas que j’ai appris que c’était la Libye). Il m’a dit qu’un arabe allait venir me chercher. Quand l’arabe est arrivé, il m’a dit qu’il allait m’emmener et que le petit frère de ma mère allait me rejoindre là-bas. Quand il m’a dit ça, je lui ai dit que le petit frère de ma mère m’avait dit qu’il me rejoindrait chez lui. Là, il m’a giflé et m’a dit “Est-ce que tu penses que tu vas rester chez moi ici et que je vais te nourrir ? On t’a déjà vendu.” J’ai dit “Pourquoi il m’a fait ça ?”, il a répondu “C’est au petit frère de ta mère qu’il faut demander ça”. J’ai dû monter dans la voiture de l’arabe, je n’avais pas le choix. C’est quand on est arrivé chez lui que j’ai connu l’enfer. Là-bas, on me maltraitait, je mangeais à 14h et je devais attendre le lendemain à 14h pour manger à nouveau. J’étais enfermé dans une petite pièce. Il avait beaucoup de moutons, il m’a dit que je devais m’occuper de tout avec les moutons et il m’a montré son arme en disant “Si un mouton un jour a un problème, je te tue je te le jure.” La femme de l’arabe m’a dit que j’étais petit et m’a demandé ce que je faisais ici. J’ai dit que j’avais été vendu par quelqu’un et elle m’a dit que si j’avais des parents, je pouvais les appeler pour qu’ils paient pour me récupérer, sinon son mari allait me faire du mal. Elle m’a dit que si je pouvais m’échapper il fallait que je le fasse. C’est là que je me suis échappé. J’ai marché au bord de la route sans chaussures. Une voiture est passée, la personne qui m’a pris m’a donné à la police. La police m’a enfermé. Je suis resté là-bas. Le chef de la police m’a demandé comment je m’étais retrouvé ici alors je lui ai raconté mon histoire. Il a eu pitié de moi, il m’a dit qu’il avait un ami qui faisait traverser les jeunes. J’ai demandé “traverser où” ? Il m’a dit “la mer”. J’ai dit que je ne pouvais pas traverser la mer. Il m’a dit que sinon je devais rester enfermé en prison. J’ai réfléchi, je ne pouvais pas rester en prison, j’étais obligé de traverser. Même si je mourrais dans la mer, c’était mieux que de mourir en prison. Donc son ami est venu, je lui ai raconté mon histoire, il m’a donné à manger chez lui jusqu’au jour où il nous a mis dans un bateau. Quand on est arrivé au bord de l’eau, j’ai eu peur, j’ai beaucoup pleuré. Il m’a dit que tout le monde allait arriver. Ils étaient beaucoup ceux qui nous envoyaient sur les bateaux, ils avaient des kalachs. Là on nous a mis sur l’eau, on a fait quatre jours, et Dieu merci un bateau nous a sauvés et nous a emmenés en Sicile. Quand on est arrivé en Italie selon moi je pensais qu’on parlait français là-bas donc c’était un peu compliqué la langue. J’ai rencontré des tunisiens qui m’ont dit qu’ils allaient en France, j’ai demandé si je pouvais venir avec eux, ils ont dit bien sûr alors je suis parti avec eux. C’est là que je me suis retrouvé ici en France. Pour finir, je voudrais vous partager cette chanson car je la trouve très douce ✌️ Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez✌️

Bonjour, je m’appelle Soundiata, moi j’ai 16 ans et je viens du Mali 🙂

Quand j’étais au pays, je parlais seulement bambara. Je vivais à Bamako et dans ma famille et dans la rue tout le monde parle en bambara. J’ai fais l’école, un peu, 3, 4 ans. Le professeur, il nous parlait en bambara. Les livres aussi ils étaient en bambara, l’alphabet il était comme l’alphabet français, A, B, C, D, mais avec des mots bambaras. Je voudrais vous apprendre un beau proverbe en bambara : “Kamalen nyuman bée tè dugutigi den ye” ça veut dire que : “les meilleurs garçons du village ne sont pas forcément les enfants du chef”. Pour finir, je voudrais vous partager ce clip de Iba One qui parle de la situation au Mali, avec la guerre, le chômage, les boutiques qui sont fermées. Merci à vous. ✌️Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez, bouléguez ✌️