2ème partie du témoignage de Kochaï 🕊🇦🇫, minot afghan arrivé à Marseille depuis deux ans


Dernière partie : La situation de l’Afghanistan aujourd’hui


Si je vous parle de la situation en Afghanistan, c’est vraiment très, très compliqué. Vous voyez tout ce qui se passe là-bas, actuellement à la télévision. Les gens qui essaient de s’enfuir en montant sur les avions et qui tombent. Si je parle trop de ça, j’ai peur de ne pas arriver à dormir ce soir.


J’ai connu la guerre depuis ma naissance et la génération de mes parents, c’est pareil.


Ici les français ont beaucoup de chances de connaître la paix. Ici, on peut tout faire, on peut aller à l’école, les filles peuvent aller à l’école. On peut vivre pour soi, on peut parler de ce qu’on veut. Là bas, tu n’as pas le droit de parler, on n’a pas la liberté de vivre.


Nous les afghans de Marseille, nos familles sont là-bas et on a pas de nouvelles, on aimerait les ramener ici. On pense beaucoup à ça actuellement, mais on n’en parle pas entre nous, car tout le monde souffre. Certains ont des femmes et des bébés là-bas, alors on n’ose pas en parler.


Pour finir, je voudrais vous partager cette chanson en langue pachto du chanteur Javed Amirkhil, il chante pour le renouveau de mon pays et si vous lisez l’anglais vous pourrez comprendre les paroles. Merci à vous si vous avez lu et compris mes paroles.


✌ Rdv lundi prochain pour un troisième et dernier témoignage d’un minot afghan marseillais. Partagez, likez, bouléguez ✌

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.