Bonjour, je m’appelle Mamadou et je viens de Côte d’Ivoire, je vais bientôt avoir 18 ans. 😷

Voici un texte que j’ai écrit qui s’inspire de mon histoire et qui s’intitule « Au revoir Maman ».

Au revoir Maman

Après le départ de papa , maman incarnait à elle seule la figure paternelle et maternelle. Difficile de joindre les deux bouts. Maman malgré son âge avancé et ses maux chroniques s’évertuait à nous trouver de quoi manger. C’était pénible de manger chaque fois les mêmes repas une fois par jour, une sorte de mort subite comme on dit chez nous. Un coup k.o si tu manques le rendez-vous de 16h, fallait attendre le lendemain pour espérer avoir la chance de manger. Nous vivions dans une maison appelée sicobois, et le comble c’est que c’était difficile de payer le loyer qui était à notre portée. J’avais envie d’arrêter l’école et me lancer dans la vie active mais maman me persuadait toujours de ne pas lâcher l’école car selon elle c’était le meilleur héritage qu’elle me laisserait. Je me souviens encore de ses paroles « mon fils si tu réussis à l’école même si tu veux manger un éléphant par jour tu le feras, rire ». Elle me disait aussi de ne pas écouter la conversation des grands mais un jour sans le vouloir je l’ai surpris en train de se faire gronder par le proprio. Juste après le départ de ce dernier, j’ai vu maman pleurer et j’ai pas pu supporter. C’est comme ça que j’ai décidé de quitter l’école et commencé une série de petits boulots qui marchaient bien mais à un certain moment on ne trouvait plus ces petits boulots et là est née mon envie d’aller voir ailleurs. J’ai commencé à rêver de cet eldorado. Le véritable déclic a été la maladie de maman qui nécessitait de réels moyens, alors elle a décidé de rentrer en famille se faire soigner. Et c’est ainsi qu’un jour pendant notre séjour au village, sans que maman ne le sache, je suis sorti discrètement de la maison sans pouvoir la serrer dans mes bras, l’embrasser et lui dire : “maman, je t’aime” peut-être une dernière fois mais je savais qu’elle était en sécurité là-bas.  Alors j’ai juste laissé un mot :  “Chère maman. Pardonnes moi de ne pas pouvoir te dire, mais je pense que pour le bien de tous il faut que l’un d’entre nous se sacrifie et ce martyre ça doit être moi. Quand tu verras cette lettre je serai déjà loin. Aujourd’hui, je pars en lâche mais Demain je reviendrai comme un véritable héros, ton héros. Et ce jour là je sécherai tes larmes à jamais. Tout ce que je te demande c’est ta bénédiction et ta prière.  Je t’aime maman ❤️ton fils , ton bien aimé.”

La chanson que je voudrais vous partager pour conclure cette histoire est la chanson de Keronzen « ️ Dieu sur Terre » ✌️ Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19. ✌️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *