Bonjour, je m’appelle Mamadou, j’ai bientôt 18 ans et je viens du Mali 😀

Ça fait un an et demi que je suis à Marseille et plus de un an maintenant que je suis à l’hôtel. Au Mali, je n’ai pas fais l’école française, j’ai fais deux, trois ans l’école coranique, mais pas plus car mes parents n’avaient pas les moyens. Depuis que je suis arrivé je suis à l’école, mais c’est pas facile. A l’hôtel, il n’y a pas d’éducateurs pour m’aider à faire les devoirs et à réviser les leçons mais en centre-ville je connais une bénévole qui m’invite chez elle pour travailler mes leçons. J’ai fais un stage en boulangerie d’une semaine et j’aimerai faire un apprentissage dans ce domaine. J’aimerai apprendre à faire bien le pain mais aussi les pâtisseries, les pizzas, les tartes salés. Pour finir, je souhaite vous montrer la vidéo d’une recette d’une pâtisserie de mon pays, le Mali, qui s’appelle le Takoula.


✌️Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Bonjour, c’est à nouveau Kalou, j’ai 17 ans dans les prochains jours 😀

Je viens du Mali et j’ai fais ma présentation de “parole de minot” il y’a presque un an, le 3 juin 2019. Moi, je suis arrivé depuis un an et demi à Marseille. Depuis l’année passée, j’ai pu continuer l’école mais je n’ai pas de logement. Je voudrais faire une formation en plomberie toujours, mais je réfléchis aussi à la peinture. Si je suis venu à Marseille c’est parce que mes parents n’avaient pas d’argent pour moi pour que j’aille à l’école. J’aime bien l’école et j’aimerai bien continuer en restant en France. Comme l’autre fois, je vous avais appris des mots en bambara pour dire “bonjour”, “bonsoir”, “comment vas-tu ?” et bien je vais continuer aujourd’hui un peu la leçon.
“Né bé” ça veut dire “je suis” et “Né té” veut dire “je ne suis pas”. Si on rajoute “n’fé” à la fin, ça veut dire “aimer faire”. Pour les mots : “Kanla” ça veut dire “école”, “Kele” ça veut dire “violent”, “Kela” ça veut dire “les gens” et “Don” c’est la “danse”. Voici des exemples :
Ne be kanla n’fe : j’aime faire l’école.
Ne te kanla n’fe : je n’aime pas faire l’école.
Kele mandi gné : je n’aime pas la violence.
Ne te kele n’fe : je n’aime pas faire la violence. (je ne suis pas violent)
Ne te kele kela n’fe : je n’aime pas les gens violents.
Ne be don n’fe : j’aime faire la danse.
Je vous remercie si vous avez appris ces quelques mots en langue bambara et j’espère que j’aurais l’occasion de vous donner une 3ème leçon. Pour finir voici une vidéo si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur la langue bambara.

✌️Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Bonjour, je m’appelle Joseph Albert, je suis de nationalité Ivoirienne et j’ai 17 ans 😀

Parole de Minot : Je vivais avec ma brave mère et mes deux sœurs en Côte d’Ivoire, nous avons été abandonné par notre père. Notre vie au quotidien était un vrai challenge ! Une grande partie de mon enfance était très difficile, car j’ai assisté puissamment à l’immense sacrifice et aux efforts d’arrache-pied que ma brave mère s’est infligé. C’est arrivé jusqu’à un point de dégradation de sa santé pour que mes soeurs et moi nous puissions aller à l’école qui est payante en Côte d’Ivoire. Très jeune, j’avais complètement perdu le sourire en la vie, ce qui est inimaginable pour d’autres ! Alors, en bref, dans le courant de l’année 2018, j’ai imaginé que la seule option que j’avais était de chercher à embrasser une nouvelle vie, pour vivre avec un horizon dégagé. Il est bien vrai qu’il y a parfois des réalités hostiles à laquelle l’on doit faire face. D’où je viens, être optimiste contribue à mon bien-être. Je suis à Marseille depuis décembre 2018. Grâce à la bonne volonté, la générosité et l’empathie du collectif 59 du squat Saint Just (gros bisous au passage) j’ai passé le test scolaire du casnav puis après quelque temps, j’ai été orienté dans un lycée professionnel. J’aime bien la France Multiculturelle, j’aime bien la France bleu-blanc-rouge, j’aime bien la France cosmopolite. Malgré des hauts et des bas, je crois en un avenir meilleur. Rien n’est impossible, le mot lui-même le dit . Merci à vous ! Pour finir, je voudrais vous partager cette chanson de “Grand Corps Malade” qui s’appelle “Je viens de là” ✌️Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Bonjour, je m’appelle Nasir, j’ai seize ans, je viens du Ghana mais je vis en France 😀

Bonjour, je m’appelle Nasir, j’ai seize ans, je viens du Ghana mais je vis en France. Je suis à Marseille depuis quelques mois. J’aime beaucoup cette ville, les places sont jolies, j’aime les calanques aussi et j’ai pu y aller une fois. Notre Dame aussi est très jolie et j’ai prévu d’y aller avec ma référente bientôt. Dans la vie, j’aime la musique, le football et le pingpong mais je n’aime pas beaucoup parler. Pour finir, je voudrais saluer tous les jeunes mineurs de Marseille et vous partager cette vidéo. C’est un but de Lionel Messi contre Liverpool. J’ai vu ce match en direct quand je venais d’arriver en Italie l’année dernière et depuis je suis fan de Messi, le meilleur joueur du monde pour moi. ✌️Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Bonjour, c’est à nouveau Moïse Sankara du Burkina Faso, j’ai fais mon premier parole de minot le 8 juin de l’année passée 🙂

Texte de Minot : Bonjour, c’est à nouveau Moïse Sankara du Burkina Faso, j’ai fais mon premier parole de minot le 8 juin de l’année passé et j’ai aussi publié une poésie le 4 octobre. Aujourd’hui, je voudrais vous partager ce texte que j’ai écris sur la vie de nos jours :
“Nous nous convainquons que la vie sera mieux une fois que nous serons mariés, que nous aurons un bébé, puis un autre. Puis nous sommes frustrés parce que nos enfants ne sont pas assez vieux et que tout ira mieux lorsqu’ils seront plus grands. Puis nous sommes frustrés parce qu’ils arrivent à l’adolescence et que nous devons traiter avec eux. Nous serons certainement heureux lorsqu’ils auront franchi cette étape. Nous nous disons que notre vie sera comblée lorsque notre conjoint se reprendra en main, lorsque nous aurons une plus belle voiture, lorsque nous pourrons prendre des vacances, lorsque nous prendrons notre retraite.La vérité c’est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que maintenant. Sinon, quand ? Votre vie sera toujours remplie de défis. Il est préférable de se l’admettre et de décider d’être heureux malgré tout. Une citation d’Alfred D. Souza :  » Pendant très longtemps, il me semblait que ma vie allait commencer – la vraie vie. Mais il y avait toujours des obstacles le long du chemin, une épreuve à traverser, un travail à terminer, du temps à donner, une dette à payer. Puis la vie commencerait… J’ai enfin compris que ces obstacles étaient la vie.  » Cette perspective m’a aidé à voir qu’il n’y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin. Alors, appréciez chaque instant. Appréciez-le davantage parce que vous l’avez partagé avec quelqu’un de spécial, assez spécial pour partager votre temps et rappelez-vous que le temps n’attend personne…Alors, cessez d’attendre d’avoir fini l’école, de retourner à l’école, de perdre 10 kilos, de prendre 10 kilos, de commencer à travailler, de vous marier, à vendredi soir, à dimanche matin, d’avoir une nouvelle voiture, que votre hypothèque soit payée, au printemps, à l’été, à l’automne, à l’hiver, au premier ou au quinze du mois, que votre chanson passe à la radio, de mourir, de renaître, avant de décider qu’il n’y a pas de meilleur temps que maintenant pour être heureux… Le bonheur est un voyage, pas une destination.Travaillez comme si vous n’aviez pas besoin d’argent.Aimez comme si vous n’aviez jamais été blessé(e).Et dansez comme si personne ne vous regardait.” (Moïse Sankara). Pour finir voilà la musique que je voudrais vous faire découvrir, elle s’appelle Rama la slameuse, nous venons du même pays et elle chante “La Justice Africaine” en raison de la mal gouvernance de nos États.
✌️ Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Bonjour, je m’appelle Mamadou et je viens de Côte d’Ivoire, je vais bientôt avoir 18 ans. 😷

Voici un texte que j’ai écrit qui s’inspire de mon histoire et qui s’intitule « Au revoir Maman ».

Au revoir Maman

Après le départ de papa , maman incarnait à elle seule la figure paternelle et maternelle. Difficile de joindre les deux bouts. Maman malgré son âge avancé et ses maux chroniques s’évertuait à nous trouver de quoi manger. C’était pénible de manger chaque fois les mêmes repas une fois par jour, une sorte de mort subite comme on dit chez nous. Un coup k.o si tu manques le rendez-vous de 16h, fallait attendre le lendemain pour espérer avoir la chance de manger. Nous vivions dans une maison appelée sicobois, et le comble c’est que c’était difficile de payer le loyer qui était à notre portée. J’avais envie d’arrêter l’école et me lancer dans la vie active mais maman me persuadait toujours de ne pas lâcher l’école car selon elle c’était le meilleur héritage qu’elle me laisserait. Je me souviens encore de ses paroles « mon fils si tu réussis à l’école même si tu veux manger un éléphant par jour tu le feras, rire ». Elle me disait aussi de ne pas écouter la conversation des grands mais un jour sans le vouloir je l’ai surpris en train de se faire gronder par le proprio. Juste après le départ de ce dernier, j’ai vu maman pleurer et j’ai pas pu supporter. C’est comme ça que j’ai décidé de quitter l’école et commencé une série de petits boulots qui marchaient bien mais à un certain moment on ne trouvait plus ces petits boulots et là est née mon envie d’aller voir ailleurs. J’ai commencé à rêver de cet eldorado. Le véritable déclic a été la maladie de maman qui nécessitait de réels moyens, alors elle a décidé de rentrer en famille se faire soigner. Et c’est ainsi qu’un jour pendant notre séjour au village, sans que maman ne le sache, je suis sorti discrètement de la maison sans pouvoir la serrer dans mes bras, l’embrasser et lui dire : “maman, je t’aime” peut-être une dernière fois mais je savais qu’elle était en sécurité là-bas.  Alors j’ai juste laissé un mot :  “Chère maman. Pardonnes moi de ne pas pouvoir te dire, mais je pense que pour le bien de tous il faut que l’un d’entre nous se sacrifie et ce martyre ça doit être moi. Quand tu verras cette lettre je serai déjà loin. Aujourd’hui, je pars en lâche mais Demain je reviendrai comme un véritable héros, ton héros. Et ce jour là je sécherai tes larmes à jamais. Tout ce que je te demande c’est ta bénédiction et ta prière.  Je t’aime maman ❤️ton fils , ton bien aimé.”

La chanson que je voudrais vous partager pour conclure cette histoire est la chanson de Keronzen « ️ Dieu sur Terre » ✌️ Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19. ✌️

Bonjour ! Je m’appelle Ibrahim, je viens du Burkina Faso et j’ai bientôt 17 ans. 😷

J’ai déjà fait mon premier parole de minot le 9 décembre passé, à l’époque j’étais arrivé en France un mois auparavant. Depuis j’ai été dans un squat pendant plus de 3 mois et j’ai été inscrit à l’école par des bénévoles. Comme j’avais la chance d’avoir déjà fait des études au pays, je suis aujourd’hui dans une formation en bac professionnel. Actuellement où je vous parle, je suis logé par l’addap 13, ça fait pratiquement deux mois dans un hôtel pour une mise à l’abri en attendant mon évaluation pour être confirmé dans ma minorité. Dans la chambre où je pose la tête, il y’a des punaises de lit qui me fatiguent la nuit et je n’arrive pas à bien dormir car j’y pense beaucoup. La nourriture fournie ne nous convient pas (ça ne se cuit pas, ça n’a pas de goût, elles a été faite par des nouveaux cuisiniers). Avec la maladie du covid-19 qu’on vit depuis plus d’un mois, on est confiné à la maison pour une raison de protection barrière. La contamination n’est pas qu’en France mais dans le monde entier. J’ai très mal de voir les humains qui meurent comme des animaux, ça me fait pleurer. J’ai pas d’autres solutions que de prier mon dieu pour qu’il nous vienne en aide contre cette pandémie. Pratiquement rien ne bouge, tout est bloqué, je ne sais plus quand les choses vont reprendre normalement comme d’habitude. Je mets ma confiance en toi mon dieu qui peut nous sauver de là ! Pour ces raisons, je voudrais vous partager cette chanson “Seul mon Dieu” du groupe ivoirien Lunic qui chante cette tragédie actuelle du coronavirus. ✌️Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Dessin de Minot : Bonjour tout le monde, c’est à nouveau Madi qui vient du Mali, j’ai 16 ans. 😷

Je dessine depuis tout petit et j’aime bien vous montrer mes dessins. Depuis le début du confinement, j’ai eu beaucoup de temps pour dessiner. Aujourd’hui, je voudrais vous présenter 4 dessins que j’ai fait depuis ces dernier mois. Les deux premiers expliquent le voyage que nous avons fait les africains pour venir ici. Sur le premier dessin, il y’a les gens sur le petit bateau, le zodiac qui est dans la mer. Parmi nous beaucoup veulent arriver en Espagne, en Italie, et puis aussi comme moi, beaucoup pensent à venir à France car dans notre pays nous apprenons à parler le français. C’est pour çà que j’ai dessiné les drapeaux des trois pays. Le deuxième dessin représente aussi ce qui se passe pour nous. Pour moi c’est important que les européens soient informés, car beaucoup de gens sont noyés durant la traversée et heureusement des gens viennent nous secourir, alors voilà pourquoi j’ai dessiné ceci. Les deux autres dessins représentent des animaux, je commence juste à apprendre à dessiner bien les visages des animaux. Le premier est un lion, comme il en existe en Afrique. Le deuxième dessin c’est le visage d’un chat. En Europe, vous prenez soin des chats, ils vivent dans les maisons, ils sont bien nourris, alors je me suis dis que ça vous ferait plaisir de voir le dessin d’un chat. Je vous souhaite à tous bon courage pour le confinement, pour moi ce n’est pas facile car je ne vais plus à l’école, mais grâce au dessin je peux quand même faire quelque chose qui me plait beaucoup. ✌️Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️

Bonjour, je m’appelle Abdoulaye, j’ai 15 ans et je viens d’un petit village du Sénégal 😷

J’ai un petit frère au pays, moi je n’ai pas eu la chance d’étudier car mes parents n’avaient pas de moyens. Je partais derrière les bœufs aux champs, j’étais berger en un mot. Je vivais bien dans mon village, j’étais avec ma mère, je l’aidais à faire les travaux domestiques, champêtres. Du côté paternel, je ne sais rien de mon père, il est décédé quand j’étais petit. Je suis venu en France pour étudier la langue française d’abord. Ensuite je voudrais jouer au football et connaître le français est ma priorité. La langue est la base de toutes relations. Mes centres d’intérêts sont la lecture, la télé, le football, le cinéma, … . Ma personnalité préférée s’appelle Adviser, un artiste mauritanien. Je l’aime parce qu’il chante bien, il nous donne de la morale à la vie pour bien vivre. Du côté footballistique, mon joueur préféré est Lionel Messi, je l’aime parce que c’est un joueur magnifique, que son style de jeu est incomparable, c’est mon idole. Pour finir, je voudrais vous partager cette chanson en langue peulh de Adviser, mon artiste préféré. ✌️Rdv vendredi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19✌️

Bonjour chers tou-te-s ! Je suis Charles, jeune ivoirien vivant en France, à Marseille, depuis l’été dernier et j’ai bientôt 18 ans. 😷

J’avais fais mon premier parole de minot le 17 août passé en hommage à Dj Arafat. Aujourd’hui, je voulais vous parler d’autres choses. Alors ! Venir en France dans l’intention de faire des études et d’acquérir un maximum de connaissances pour ensuite travailler, c’était ma façon de voir les choses. Sauf que les choses ne sont pas aussi simples comme je le pensais. Mais pourquoi suis-je parti en prenant tous ces risques pour venir en France pour les études et pour travailler ? Je sais que vous vous posez sans doute la question. Vous devez juste savoir que je viens d’un pays qui a connu la guerre, un pays où l’école n’est pas gratuite. Un pays où il faut étudier sous une lampe et un pays où même avec les diplômes les plus respectés du monde, tu ne peux pas travailler sans débourser de l’argent. Face à tous ces maux que vivent les jeunes dans mon pays, moi j’ai décidé de prendre tous ces risques, comme on le dit chez nous : « vaut mieux perdre la vie pour l’honneur que de rester là comme un lâche » (c’est un gros mot qu’on dit à la place quand même). Pour terminer, il faudrait ajouter que j’aimais la France depuis petit et pour moi, même si les français sont des râleurs, c’est l’un des pays où pour faire c’est le plus simple, c’est le pays où il y’a la vraie démocratie. Vive la France ! Réveil de l’Afrique! Changement de mentalité africaine ! Voici le documentaire pour finir que je souhaite vous partager : ✌️Rdv lundi pour une nouvelle parole de minot. Partagez, likez et comme eux respectez les mesures de prévention contre la propagation du covid19 ✌️